Le Comité 21 en action
Interview de Brigitte Collet, ambassadrice Climat, sur les enjeux de la COP24
La COP24 s’est ouverte hier 2 décembre à Katowice. Brigitte Collet, Ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique, a répondu à nos questions sur les enjeux majeurs de cette COP, dans notre dernière lettre d'information.

----------------
La COP24 s’ouvre le 2 décembre prochain à Katowice, quels sont pour vous les enjeux majeurs de cette négociation à venir ?
 

Nous attendons trois résultats de la COP24 : l’adoption des règles d’application de l’accord de Paris ; une réaction des Etats au nouveau signal d’alarme que nous a adressé le GIEC ; enfin, l’accélération de l’action. La COP24 sera un rendez-vous capital pour garantir l’efficacité de l’accord de Paris et de l’action climatique globale dans un contexte d’extrême urgence. Les négociations des règles d’application de l’accord de Paris progressent mais sont complexes et délicates, notamment sur deux sujets. D’abord, la question de la différenciation des obligations entre pays développés et pays en développement. Elle était stricte jusqu’à présent et doit s’effacer pour aboutir à un régime commun mais qui présente les flexibilités nécessaires pour permettre aux pays qui n’en ont pas la capacité de la développer progressivement. Cette flexibilité ne doit, bien évidemment, pas nuire à l’ambition de l’accord. L’autre grand sujet est celui des financements, essentiels pour que les pays en développement, en particulier les plus pauvres et vulnérables, puissent mener leur action climatique. Le 11 décembre le Dialogue Talanoa permettra aux ministres de faire un premier bilan de l’action trois ans après la COP21 et d’évaluer le chemin à parcourir pour tenir les objectifs de l’accord de Paris. Ils le feront sur la base du rapport du GIEC sur l’impact d’un réchauffement de 1,5°C, dont nous devons tirer les conséquences en rehaussant le niveau d’ambition des NDC d’ici 2020, et pour ce qui nous concerne celui de la NDC européenne. Enfin, nous soutiendrons les initiatives qui permettent d’accélérer l’action, qu’elles soient le fait des collectivités locales, des entreprises, des financiers ou des Etats. Nous mettrons ainsi en valeur celles lancées lors du One Planet Summit.  

Avez-vous bon espoir que les négociations aboutissent à des accords sur ces questions malgré la montée en puissance de gouvernements de plus en plus ouvertement climatosceptiques et/ou de plus en plus tournés vers leurs intérêts nationaux court-termistes ?
 

J’ai bon espoir parce que l’accord de Paris est considéré par l’immense majorité comme la meilleure feuille de route pour faire face à une menace qu’on ne peut combattre seul, ni par des mesures de court-terme. Il est déjà quasi-universel avec 184 Parties (183 pays et l’UE). Le soutien à l’accord est donc fort et aux Etats-Unis mêmes nombre d’Etats, villes, entreprises se mobilisent. La pré-COP à Cracovie a récemment confirmé que la volonté d’adopter les règles d’application était là. L’Union européenne et la France sont très engagées pour parvenir à des règles ambitieuses, conformes à la lettre et à l’esprit de l’accord de Paris et qui le rendront pleinement opérationnel.  

Des voix montent pour réclamer plus de « transition juste ». Comment la France conçoit-elle ce principe et le soutient-elle ?
 

La présidence polonaise a mis à l’ordre du jour de la COP ce thème très important de l’accompagnement du monde du travail face aux bouleversements économiques et sociaux liés à la transition écologique. L’Union européenne soutiendra la déclaration proposée par la Pologne sur solidarité et transition juste. La transition écologique doit en effet être solidaire alors que les effets du changement climatique affectent plus durement les plus fragiles à l’intérieur des pays mais aussi les pays les plus vulnérables. Nous exprimons notamment cette solidarité par nos financements climat à destination des pays en développement, qui augmentent progressivement et atteindront 5 milliards d’euros annuels d’ici 2020, avec une part renforcée pour l’adaptation, essentielle pour les plus vulnérables.

Lire la newsletter complète

Le Comité 21 organise à Katowice sur le Pavillon France une conférence dédiée aux enjeux de l’adaptation, qui se tiendra le mardi 11 décembre de 16h à 17h30. Cette conférence mettra en lumière les actions déjà menées par ses membres mais également tout ce qu’il leur reste à accomplir. Bettina Laville, présidente, et Sarah Schönfeld, responsable International, seront présentes à la COP24 du 10 au 13 décembre.

Le 17 décembre matin, le Comité 21 rendra compte de cette COP à l'occasion d'un débat sur "Bilan de la COP24 : l'accord trouvé à Katowice est-il à la hauteur des enjeux climatiques ?" à Bpifrance, de 9h00 à 10h30.

Pour en savoir plus
Posté le 03/12/2018
037Autres initiatives
Evénements
Outils pour agir
  • Landerneau mobilise ses habitants pour son second Agenda 21
  • Le réseau départemental des Pyrénées-Orientales pour les communes en Agenda 21
  • Le COREN publie un nouvel outil L'Agenda 21 scolaire en 21 questions